Coronavirus révèle nécessité de combler le fossé numérique